FORÊTS QUÉBECOISES

Reflexions automnales

Reflexions automnales

545. 2021. Huile sur Masonite. 56 x 76 cm (22 x 30 po.)

502 Pinède au soleil

502 Pinède au soleil

2020. Acrylique sur carton PeterBoro 51 x 36 cm (20 x 14 po)

456 Langues-de-feu

456 Langues-de-feu

2019. Acrylique sur Masonite. 61 x 39,5 cm (24 x 15,5 po)

450 Le verger

450 Le verger

2019. Huile sur Masonite. 92 x 61 cm (36 x 24 po)

411 L'étang

411 L'étang

2019 - Acrylique sur toile, 92 x 61 cm (36 x 24 po)

412 Le roi déchu

412 Le roi déchu

2019 - Acrylique sur Massonite 31 x 26 cm (12 x 10 po)

Sans titre I

Sans titre I

2003. Acrylique sur toile. 153 x 153 cm.

L'automne entre chien et loup

L'automne entre chien et loup

2014. Gouache sur toile. 100 x 76 cm

Le bout du monde en hiver

Le bout du monde en hiver

2009. Acrylique sur toile. 147 x 147 cm.

Été_indien_IV,_2010,_Acrylique_sur_bois_122_x_122cm.jpg

Été_indien_IV,_2010,_Acrylique_sur_bois_122_x_122cm.jpg

2010. Acrylique sur Masonite. 142 x 142 cm.

Edwin Bourget présente ici une randonnée unique dans un univers bien connu des Québécois, la forêt. Écologiste de formation, habitué à modéliser la nature à l’aide d’outils mathématiques, il utilise maintenant la spatule et le pinceau pour faire découvrir la sapinière, la bétulaie, la pessière, la forêt mystérieuse, aux formes harmonieuses et reposantes, toujours simplifiées, des fois jusqu’à l’abstraction. Ainsi, suggérant la forêt québécoise profonde, les toiles les plus abstraites laissent filtrer les couleurs forestières à travers des zones d’ombres massives.

 

Les tableaux sont souvent de grand format à l’image de la nature qu’ils représentent. Le pigment appliqué à l’aide d’amples coups de spatule ou de pinceau traduit la rigueur des biotopes qu’il illustre au rythme des saisons nordiques.